Entretien avec Andi Watson.
(Réalisé par e-mail, fin aout 1997.)

________________


    - Pouvez vous nous dire quel âge vous avez, où êtes vous né, où vivez vous et comment êtes vous arrivé là où vous êtes (à dessiner des comics) ?

    - Je suis né en octobre 1969 et ai vécu les 20 premières années de ma vie dans une petite ville appelée Kippax. Kippax est à la lisière d'une cité appelée Leeds, située dans le nord de l'Angleterre. J'ai recommencé à lire des comics dans les dernières années de mon adolescence et à la fin de mon diplome d'art j'ai voulu faire les miens. Le chômage m'a donné beaucoup de temps pour pratiquer.

    - Pouvez vous nous dire un mot sur "Skeleton Key"??...

    - Il s'agit d'une étudiante universitaire appelée Tamsin qui vit dans une ville boisée à Saskatchewan, au Canada. Elle trouve une clef qui ouvre des portes vers d'autres mondes et rencontre un esprit-renard appelé Kitsune. Le livre suit leurs exploits.

    - Vous dites que "Skeleton Key" est une "manga ensorcelée"; et le mélange entre les manga et les comics (alternatifs...) y est évident - vous avez capturé l'épuration et l'efficacité essentielles du style des manga... - Comment (et quand) avez vous découvert les bandes dessinées et la Culture japonaises? Et pourquoi cette culture a-t-elle tant influencé votre travail, vous qui vivez en Angleterre, si "loin" ?...

    - J'ai pris Akira la première fois que je suis revenu aux comics et cela a piqué au vif mon intérêt. Cela m'a mené à m'intéresser à la culture japonaise. Un de mes camarades de chambre tout au long du lycée était aussi un grand connaisseur des manga et du Japon et j'ai appris beaucoup de lui.
    Le Japon a une culture si fondamentalement différente de celle occidentale que c'est dur de ne pas être fasciné... et pour un artiste, le Japon est une telle culture visuelle et a une histoire artistique tellement riche que cela le rend très attirant. Evidemment j'aimerais aller au Japon, cependant c'est horriblement cher et ironiquement je devrais abandonner les comics pour être capable d'y arriver.

    - Avez vous d'autres influences dans votre travail ? Dans les comics alternatifs peut-être? Comme "Love and Rockets"?... Ou dans la "Ligne Claire" européenne (votre style est si FRAIS!! , comme dans les bandes dessinées belges des années 50, Franquin, Tillieux, Peyo, etc... Vous savez? Mais avec un trait plus large chez vous dans le dessin !) ?

    - Oui, j'aime tout ce que fait Jaime Hernandez (cf."L&R"). Je lis principalement des comics Indépendants américains et du matériel auto publié. Malheureusement je suis très ignorant des bandes dessinées européennes mais j'adore Hergé, Joost Swartz et Hugo Pratt. Je suis honteux d'admettre que je n'ai jamais entendu parler des bandes dessinées belges que vous mentionnez, j'aimerais les voir cependant.

    - Pouvez vous nous dire si vous avez une plus grande proportion de lectorat féminin que le traditionnel lectorat majoritairement masculin des comics grand public américains, comme les manga ont au Japon ?!... Et est ce une des choses que vous regardez??... (ou que pensez vous des comics américains grand public, des comics alternatifs, des manga, etc, en général, si vous voulez??...)

    - Je suis très fier de dire que je pense avoir au moins 50% de lectorat féminin... Le but premier en faisant Skeleton Key était d'essayer et de créer un comic qui puisse plaire aux femmes. Dans cet ordre des choses S.K. a été un succès. Le problème est qu'en Angleterre/Etats-Unis les magasins de comics sont des trous de l'enfer et des environnements très inamicaux pour les femmes (ce qui reflette la majorité des comics qu'on y trouve). Ainsi, je reçois beaucoup de commentaires du type...
"J'ai acheté votre livre et ma femme/petite-amie/copine l'a aimé. Elle ne lit jamais de comic-books parcequ'elle pense qu'il s'agit uniquement d'hommes musclés qui se battent entre eux".

    - Pour finir cette interview, voulez vous passer un message aux français (et francophones) qui nous lisent?!...

    - J'espère seulement que S.K. connaisse plus de succès ainsi je pourrais sortir des versions traduites. Merci à tous les français qui ont d'une manière ou d'une autre trouvé mon livre et j'espère que vous apprécierez les numéros suivants si vous continuez à les suivre. Bien sur, les livres peuvent être commandés directement à Slave Labor si vous avez une carte de crédit, c'est un appel à péage-gratuit ("toll-free") : 1-800-866-8929.

    - Merci.


Propos recueillis par François Boudet.




- Retour -