"BUZZELLIADES"
Buzzelli



Buzzelli Guido

   Né le 27 juillet 1927 à Rome, fils et petit-fils de peintre, Buzzelli a commencé sa carrière vers l'âge de 18 ans dans l'hebdomadaire "Argentovivo". Il se spécialisa rapidement dans la réalisation de couvertures reprenant les grands héros de la BD américaine qui, vers cette époque rencontre un succès exceptionnel en Italie.

   Après avoir animé un temps le personnage de "Zorro", il travaille pour le "Daily Mirror Syndicate" où il met en images "Angélique" de Serge Golon.

   Il se marie, part pour l'Espagne et se consacre de nouveau à la peinture : exposition à Rome en 65.

   Cependant rêvant d'une carrière plus personnelle dans le dessin, il crée la "Rivolta del Racchi" en 1966. Cette histoire fut présentée à Lucca dans l'"Almacco dei comici" en 1967, reprise dans "Psycho" en 1970 puis publiée dans "Charlie" sous le titre "La Révolte des ratés" en 1970.

   Suivront successivement "Les labyrinthes" (publié en France sous le titre "Aunoa") en 1968, "Zil Zelub" en 1971, "H.P." (scénario de Kostandi) et "Nevada Hill" (scénario de Gourmelen) en 1973, "L'agnone" en 1976 et "L'homme du Bengale" en 1979. Parallèlement à ces histoires de longue haleine, il produit quelques récits complets : "Un type angélique" en 1972, "Le métier de Mario" en 1971, "La guerre vidéologique" en 1978 et "La difficile" carrière de Monsieur Témisctocle" en 1979.

   Dès 1973 le Yellow Kid du meilleur créateur de BD concrétise l'admiration des amateurs de BD.

   Il collabore de 1970 à 1973 à l'hebdomadaire "Menelik" sous le pseudonyme de Blotz. Et bien qu'il s'en défende fait montre d'humour, mais d'un humour bien spécial qui porte sur les nerfs des lecteurs comme le grincement d'une craie sur un tableau noir.



Menelik

   L'hebdomadaire "Menelik" fut, en Italie, un de ces nombreux magazines de transition qui aboutirent à la libération de la presse dite de "charme".

   Ce qui nous intéresse surtout dans "Menelik" est la place donnée aux dessinateurs et illustrateurs de talent : Gospel, Aslan, Blotz et bien d'autres. Blotz, Buzzelli pour l'appeler par son nom, y donna libre cours à ses phantasmes dans une série de doubles planches, pastiches de héros BD (Flash Gordon, Mandrake, le Fantôme) et de cinéma. Mais surtout il y créa ses célèbres "Dominica del Barbiere" (ici : "Franche Démence"), planches d'actualité dessinée violemment enluminées. Un humour féroce se dégage à la fois du dessin et du texte et par ce biais, il critique les travers et les exagérations de la société dans laquelle il est condamné à vivre.


Illustrations © Guido Buzzelli



- Retour -